La méditation en quelques mots

La méditation en quelques mots, c’est déjà trop ou ce ne sera jamais assez. Méditer, c’est être juste là, présent, assis. Définir la méditation est presque impossible tant il est difficile de définir la présence. Méditer, ce serait prendre un temps, en groupe ou seul, pour s’ouvrir à sa globalité de son être, non pas seulement un être de pensées, à l’imaginaire sans cesse en mouvement, mais aussi un être corporel et un être d’émotions.

C’est l’expérience que reiki-sante vous propose dans le cadre des ateliers méditation tous les mardi de 19h à 20h environ. – voir les événements en ligne.

La méditation et la perception de son environnement

La méditation amène à tout percevoir de son environnement. Percevoir le vent, le bruit, la lumière, les variations de température, avec une acuité extrême participe de l’expérience méditative. Conscience aussi de l’impact de ses stimulations externes sur nous même. Plaisir, colère, distraction, tout fait partie de la méditation. Rien n’est à juger, juste à ne pas se trouver entraîner par chaque distraction qui se présente.

La méditation et la perception de soi

Etre présent, ce n’est pas « faire le vide » comme on l’entend encore parfois. C’est au contraire être conscient de tout ce qui nous traverse, mouvements du corps, émotions, pensées fugitives, insistantes, répétitives. Etre à la fois embarqué dans tous ce flot et conscient de chaque frémissement relève d’une pratique régulière et sans fin, car jamais aboutie.

Pour autant, rien de plus facile que de méditer. Les personnes qui viennent aux ateliers en s’excusant presque de « ne pas savoir » méditer se trompent, bien évidemment. Tout le monde peut méditer, puisqu’il suffit d’être là. Personne ne peut échouer puisque la méditation n’a pas de but ni d’objectif. Il suffit d’être là. La difficulté de la présence est justement, déjà une expérience méditative !

Si la méditation n’a pas de but, pourquoi méditer ? Parce que l’attention portée à la présence modifie notre rapport au monde. Et que, lorsqu’on change de lunettes de vue, de perspective, on sait que nous pouvons avoir un rapport aux autres, à nos problèmes, à la réalité quotidienne, en appréhendant tout cela de façon différente et plus apaisée et compassionnelle.

méditation - Jean-Pierre Chupin

méditation – Jean-Pierre Chupin