Conseils pratiques Reiki

Reiki, Art de la Pratique - Recevoir un Soin Reiki

Reiki, l’Art de la Pratique – Recevoir un Soin Reiki

par Jean Pierre Chupin

Les personnes demandent au praticien Reiki, comme ils le demanderaient à leur médecin, que leur souffrance s’arrête. Ils veulent qu’on les soulage, qu’ils aillent mieux. Mais derrière cette demande très simple, la plupart des personnes qui ont recours au Reiki y arrivent souvent après un parcours médical long et décevant. Ils souffrent de pathologies que la médecine ne sait pas guérir, de souffrances psychologiques insuffisamment apaisées par les psychothérapies. Les patients veulent être traités comme des personnes complètes, dans leur corps, leurs émotions, leurs peurs et espoirs. Le Reiki leur apparaît comme une approche différente, holistique, susceptible d’intégrer toutes les dimensions de leur être. Il y a le souhait de se soigner d’une façon naturelle, non agressive. Pour compléter, sans l’épuiser, le tableau des motivations, il faut ajouter tout un ensemble de croyances dans des guérisons miraculeuses, l’espoir d’un changement sans avoir à faire d’effort. Ce dernier aspect est plus ou moins bien conscientisé par les personnes qui gardent quand même une forme de scepticisme, mais on sait bien que les contradictions ne s’annulent pas mais s’additionnent.

Le Reiki et son praticien portent toutes ces espérances. Il appartient au praticien de faire le tri entre toutes ces demandes et d’y répondre avec une nécessaire prudence, et dans un cadre assez clair qui délimite les responsabilités du praticien de celles du receveur.

Le praticien met en œuvre ce qu’il est, son être et ses savoir-faire, son expérience, dans la transmission du Reiki. C’est cela sa responsabilité, dont il a été largement question dans les chapitres précédents. Il n’a pas le droit de poser un diagnostic et encore moins un pronostic sur l’état de la personne. Il se fie aux avis médicaux et il ne lui appartient de les apprécier. S’il ressent un problème non diagnostiqué, il se doit de recommander à la personne de consulter un médecin.

Ce que je vous propose d’aborder, dans les textes qui suivront, ce sont les réponses que peut apporter un praticien, mais aussi la prise de conscience de la responsabilité du patien lui-même, pour qu’il devienne acteur de son mieux-être. C’est aussi, pour le patient satisfait de ses soins, le chemin vers l’initiation au Reiki, tout au moins au 1er degré, celui de l’auto-traitement. C’est ce cheminement auquel je vous convie.