Conseils pratiques Reiki

Reiki, Art de la Pratique - la Demande d'Aller Mieux

Reiki, l’Art de la Pratique – la Demande d’Aller Mieux

par Jean Pierre Chupin

La demande première d’une personne qui veut recevoir un soin Reiki, est une demande d’aller mieux. Cela paraît aller de soi. Que la douleur, la souffrance, s’arrêtent. Mais, l’affaire peut se compliquer parce que que le Reiki n’est pas du tout un soin centré sur un problème précis. Le soin Reiki prend en compte toutes les dimensions physique, psychique, spirituelle d’une personne. Il n’est donc pas rare que la demande du patient, exprimée consciemment, en masque une ou plusieurs autres, souvent de l’ordre de l’inconscient, parfois aussi de l’ordre du changement.

Le soin Reiki va, peut-être, faire resurgir des souffrances non résolues, d’autant moins qu’elles sont profondément enfouies dans un endroit particulier du corps, tapies dans l’inconscient. Le patient d’ailleurs ne souhaite pas particulièrement voir émerger de telles questions. En l’effet, des équilibres se sont mis en place, dont une certaine amnésie, qui permettent à la personne de vivre avec ses problèmes. Ce n’est pas forcément l’idéal, mais c’est « vivable » comme on dit. Voir réapparaître des douleurs, des traumatismes psychiques peuvent réactualiser ces problèmes chez une personne qui n’y est pas préparée. Du coup on peut avoir un effet non désiré du soin qui est que, non seulement la personne ne va pas mieux au sortir de son soin, mais même qu’elle va plus mal !

Malheureusement, patient et praticien n’y peuvent rien. Dès qu’on se met à l’écoute du corps et de « l’âme », ils sont susceptibles de « parler ».

Que peut faire le praticien. Déjà rassurer le patient. Le Reiki ne crée pas en soi de problème, comme peut le faire un médicament avec des effets secondaires. Si soufrance il y a, c’est qu’elle était en latence ou non reconnue par le patient. Mais il est certain qu’elle était déjà là.

Ensuite, le praticien peut mettre en perspective le soin avec le désir légitime « d’aller mieux ». Le Reiki n’est pas destiné à simplement réduire des symptômes, même si ce n’est déjà pas mal, mais aussi à révêler au patient ce qui est en lui. Dans une approche holistique, l’étape de reconnaissance de soi est essentielle pour pouvoir aller mieux. Cela demande du courage et de la lucidité au patient.

De ce point de vue, un soin Reiki, s’il paraît assez anodin pour le patient qui s’allonge sur une table et laisse faire le praticien, est en fait le début d’un véritable travail qui supposera qu’à un moment de son cheminement, le patient devienne pleinement acteur de son soin, de son « aller mieux ». Reconnaître son problème, identifier ses stratégies par rapport à lui, engager un chemin thérapeutique, souvent dans différentes disciplines, telle devient en fait la promesse du praticien. Chemin dans lequel il aura certainement un rôle d’accompagnant à jouer.

Dans le prochain billet à venir, je vous proposerais d’aborder l’effet du soin Reiki, pendant et après la séance. A bientôt et bonnes fêtes de fin d’année à tous.