Réflexions Reiki

Sur la piste des secrets

par Jean Pierre Chupin

Le trouble qui saisit parfois la personne qui reçoit un soin Reiki m’a toujours frappé. Les mots pour décrire cette sensation me paraissent, je ne sais pourquoi, très loin de la vérité intime du patient : « j’ai senti de la chaleur » ; « un calme que je ne connaissais pas m’a envahi » ; « j’ai vu beaucoup de lumières ». Bien sûr tout cela est vrai, sinon pourquoi ces impressions seraient-elles livrées. Mais c’est autre chose que je lis dans la profondeur des regards.

J’ai l’impression que le Reiki est venu frapper à la porte close de quelques secrets. Non pas forcément des actions à cacher mais plutôt des mouvements d’émotions, ces désirs qui forment notre être intérieur mais ne se révèlent que par traces discrètes, par lambeaux impossibles à reconstituer en une forme logique. C’est leur mystère finalement qui est le plus important, qui constitue notre quête essentielle, alimente notre désir insatiable d’aller de l’avant, à la rencontre de ce qui se cache en nous et que nous ne savons pas. Le Reiki, comme par effraction, en Arsène Lupin génial, ouvre sans rien casser, les portes de la chambre interdite. Il laisse voir, entrevoir vaut-il mieux dire, ce qui se tapit là.

Puis le brouillard enveloppe à nouveau le secret tandis que la lente remontée vers la conscience s’effectue, en ayant dérobé cependant quelques lumières, étincelles de chaleur, cette joie profonde que l’on ressent quand une rencontre importante se produit dans notre vie. Laissons dans un soin Reiki cette émergence se faire, le brouillard se dissiper quelque peu.